Rafael Nadal, à jamais sa terre pour l’éternité

Roland-Garros est terminé et la couleur ocre vient tout juste de laisser sa place au vert gazon qui sera bientôt usé par les longs rallies des joueurs qui ont encore dans leur esprit les réflexes de leur jeu sur terre.

Comment ne pas revenir sur les 12 titres de Rafael Nadal à Roland-Garros. Sans doute l’un des plus grands exploits sportifs de tous les temps au même titre que les 3 victoires en Coupe du monde du roi Pelé ou les 18 médailles d’or sur 3 olympiades de Michael Phelps. À titre de comparaison, ce sont les deux seuls exploits qui me viennent à l’esprit en termes de durée entre le premier et le dernier trophée. Bientôt 15 ans que le natif de Manacor est dans le top 10 mondial avec au moins une victoire en Grand Chelem par saison (hormis en 2015 et 2016).

À mon sens, les exploits de Rafa ne sont pas assez reconnus par le public français. Sans doute que nous sommes un pays qui est plus attaché à encourager les « outsiders » plutôt que les favoris et qui s’attache plus à avoir le cœur qui balance du côté du joueur étranger qui parle la langue de Molière… C’est dommage même si je dois avouer que ces dernières années les comportements que j’ai décrit plus haut ont tendance à s’atténuer. Sans doute que le public sent que l’Espagnol est au crépuscule de sa carrière et que les rencontres Nadal/Federer vont dans quelque temps laisser la place à des duels beaucoup moins épiques. La jeune garde du tennis va avoir du travail…

J’ai eu la chance cette année de pouvoir passer 2 jours à Roland-Garros, et d’assister à l’entraînement de Rafa sur le court N°4. La lettre qui va suivre, elle est de ma main, mais cette lettre aurait très bien pu être écrite par les dizaines de gamins qui avaient leurs petits corps de coller contre le muret qui les sépare de leur champion. Pourquoi ces gosses s’identifient plus à Rafa qu’à un autre joueur ? Pourquoi ils ont les yeux qui s’arrêtent de cligner pendant une heure pendant que l’Espagnol s’entraîne ? Voici quelques éléments de réponse à travers les lignes qui vont suivre :

« Cher Rafael,

La première fois que je t’ai vu à la télévision, c’était en 2005 contre Grosjean à Roland. J’avais entendu parler d’un joueur espagnol qui faisait une tournée incroyable sur terre battue, mais te voir évoluer sur le court pour la première fois m’a marqué. Le débardeur, les cheveux longs, le pantacourt, ce jeu de gaucher comme moi et cette énergie incroyable ! Tu ne ressemblais à aucun autre joueur que j’avais pu voir avant. Ton énergie était communicative et après t’avoir regardé, je me souviens d’avoir eu envie de déplacer des montagnes. Je t’ai suivi jusqu’à la fin du tournoi et ta victoire contre Puerta.

Les années passaient et c’était toujours avec malice que je voyais arriver le mois de juin synonyme de pouvoir te revoir sur ma télévision joué Roland-Garros. Rapidement, j’ai commencé à jeter à un œil à tous tes résultats, à lire beaucoup d’articles pour en connaître un peu plus sur toi. Ta détermination sur un court est aussi grande que ta gentillesse et ta simplicité en dehors.

Pendant de nombreuses années ça me faisait mal de sentir que le public français souhaitait te voir perdre à Roland, et qu’il ne remarquait pas ton énorme talent, car le public lambda ne voyait que ton jeu sur terre et ne savait rien de tes victoires sur herbe ou sur dur. Je t’ai toujours soutenu quand des idiots disaient que tu es un sportif qui se dope sous prétexte que tu es musclé. Les gens ne remarquent pas tout le travail  qu’il y a derrière chacune de tes victoires.

Cela fera bientôt 15 ans que je suis ta carrière et c’est la première fois pour moi que je viens te voir à Roland-Garros. Je t’écris cette lettre pour te remercier, car l’homme que je suis maintenant, c’est un peu grâce à toi. Ta force de caractère, ta détermination à ne rien lâcher et ta résilience m’ont été transmis en te regardant jouer. Te suivre m’a aidé dans les moments difficiles que j’ai eu à traverser dans ma vie.

Alors merci d’être ce que tu es. Rafa le tennis a besoin de toi, le monde a besoin de l’homme que tu es. Maintenant et après.

Gagne Roland-Garros encore et encore, fais-le pour les gens qui croient en toi et en ce que tu représentes, pour eux, pour nous !

Vamos Rafa »

Ce jour-là Rafa aura passé plus de temps à signer des autographes qu’à s’entraîner… C’est peut-être pour ça que ces gosses préfèrent aller voir l’Espagnol qu’un autre…

Aujourd’hui nous ne sommes plus qu’à une grosse semaine du début de Wimbledon et si Rafa négocie bien les 2 premiers tours, il sera candidat un nouveau doublé RG/Wimbli 😉 Un des seuls records que Björn Borg n’a pas encore cédé au taureau des Baléares…

Laisser un commentaire