Les coups de légende du tennis

Nous arrivons au terme de cet US OPEN 2019 qui si nous ne connaissons pas encore le nom du vainqueur masculin de cette édition, aura accueilli sur ces terrains des coups de génie ! 360 smashé de LaMonf, Banana shot de Rafa en contournant le filet, bref… J’ai eu envie de revenir sur quelques-uns de ces coups de légende et leur histoire. Attention les vidéos font mal aux yeux, mais elles vont vous régaler !

Le tweener

Et oui le fameux « coup entre les jambes » que le joueur exécute lorsqu’il est dos au filet et qu’il veut récupérer un lob. Le genre de coup qui fait lever les foules.

La paternité de ce coup est un peu obscure mais on peut dire que Yannick Noah a été le premier joueur à vraiment le démocratiser. Lors de l’US Open 83, tandis qu’il affrontait le jeune Aaron Krickstein, 16 ans, en huitièmes de finale sur le Stadium Louis-Armstrong, à l’époque le central du tournoi new-yorkais, le tout récent vainqueur de Roland-Garros réussit alors « le coup de l’année ».

A 2-1 dans le tie-break du 2ème set, Noah courut après un lob. De manière inattendue, dos au filet, il frappa la balle entre ses jambes. La petite balle jaune s’éleva à bonne hauteur et Krickstein, qui s’était approché du filet, ne put la smasher que faiblement, mais dans l’angle opposé. Noah réussit à se jeter sur la balle et tapa un grand coup droit croisé en bout de course. Pensant que la balle allait sortir, le jeune Américain la laissa passer. Point gagnant pour Noah ! Pour le plus grand bonheur de Flushing Meadows, qui n’avait jamais vu cela et bascula dans l’extase.

Le Roumain Ilie Nastase, l’Argentin Guillermo Vilas et le Paraguayen Victor Pecci, sur le central de Roland-Garros en 1979 contre Jimmy Connors, s’étaient déjà amusés à tenter ce coup présomptueux et dangereux. Mais Noah fut probablement le premier qui l’exposa de la sorte avec succès sur une scène aussi large que le central de l’US Open. 

Dans les années 1980, l’Allemand Boris Becker, le Suédois Stefan Edberg et l’Argentine Gabriela Sabatini, dont la version est connue sous le nom de « Sabatweenie », sont parmi les joueurs qui ont utilisé le tweener. L’Américain Andre Agassi l’a utilisé dans les années 1990. Au 21ème siècle, Roger Federer a  popularisé encore un peu plus le coup. Il a même réussi à frapper un tweener gagnant pour s’offrir une balle de match lors de la demi-finale de l’US Open de 2009 à plusieurs reprises. Marie Pierce m’avait également régalé devant ma télévision lors de son quart de finale de Roland-Garros 2000 en réalisant ce coup, mais cette fois en étant face au filet. 

Le Banana Shot de Rafael Nadal

Le “Banana shot”, cette frappe de coup droit long de ligne en pleine course, à la trajectoire incurvée, est la marque de fabrique de Rafael Nadal. Il est le seul joueur à être capable de donner autant d’effet à cette balle incroyable.

Le SABR “Sneak Attack By Roger”

Après Rafa, voici le coup ou plutôt l’innovation tactique qui est devenue la marque de fabrique de Roger Federer. C’est à partir de 2015, que Roger s’est mis à réaliser cet enchaînement qui consiste à retourner les deuxièmes balles du service adverse en entamant une course vers l’avant et en renvoyant la balle après une demi-volée. Une véritable « attaque furtive » qui résume la volonté du Suisse de se tourner vers un jeu 100 % offensif sur la fin de sa carrière. A première vue, ce geste semble simple mais il ne l’est pas ! La seconde balle du serveur arrive en moyenne à 150 km/h et il faut réussir à reprendre de demi-volée la balle, ce qui est beaucoup plus difficile que de couper une balle depuis la ligne de fond de court. Peu de joueurs se sont essayés à reproduire ce geste de Roger, seul Nick Kyrgios et son style bien à lui l’utilise également.

Le service à la cuillère

Transition toute trouvée, car quand on parle du fantasque Nick Kyrgios, on pense tout de suite à ce coup que l’Australien a remis ces derniers temps au goût du jour. Pendant 30 ans, ce coup a collé à la peau de Michael Chang. On est en 1989, l’américain a 17 ans et joue contre le N°1 mondial de l’époque, le Tchécoslovaque Ivan Lendl en 8èmede finale de Roland-Garros. 4-3 au 5èmeset, le match dure depuis plus de 4 heures, Chang a des crampes aux mollets, la tension est à son comble…alors il décide de servir à la cuillère ! Il gagne le point… Lendl perd ses nerfs et Chang s’adjuge le match, et même par la suite le tournoi. Coup de génie ou geste irrespectueux ? Une chose est certaine, c’est que ce geste réveille les spectateurs dans les tribunes !

Le smash dunk

Sans doute le coup favori de Pete Sampras durant les années 90 : un enchaînement service volée avec comme deuxième coup un smash dunké spectaculaire. C’est un coup que Gaël Monfils affectionne particulièrement et qu’il aura même personnalisé en lui ajoutant un 360° que l’on a pu voir lors de cet US Open.

J’aurais pu vous parler du passing  en mode coup de squash de Federer ou du retour dos au terrain de Marcelo Rios ou encore des smash en revers de Rafa, mais ça sera peut-être pour un prochain article 😉

Laisser un commentaire